close

Covid 19 : 3 questions à Anne-Sophie Van Hoove, Directrice générale du CIC Nord-Ouest

1- Impact du COVID – 19 sur notre activité ?

L’impact est énorme. La donne a été radicalement modifiée par cette crise sanitaire et il a fallu nous adapter très vite à une situation sans précédent.

Les priorités ont été claires dès l’origine de la crise :

1- prendre toutes les mesures sanitaires pour protéger collaborateurs et clients

2- assurer la poursuite de l’activité pour l’ensemble de nos clients (particuliers, professionnels et entreprises) et répondre ainsi à la mission vitale du secteur bancaire pour l’économie de notre pays.

2- Comment votre banque s’est-elle adaptée ?

Un comité de crise composé de 12 personnes, dont l’ensemble du Comité de Direction, a été constitué dès le début du mois de mars afin d’adapter notre organisation pour répondre au mieux aux 2 priorités exposées précédemment.

Concrètement, lorsque les mesures de confinement ont été annoncées mi-mars, nous avons pu mettre en œuvre très rapidement une série de mesures servant ces priorités sanitaires et économiques :

Favoriser au maximum le télétravail :

Plus de 80% des salariés du Siège sont en télétravail.

Près de 40% des salariés en agences sont également désormais en télétravail.

Maintenir le réseau d’agences ouvert :

La quasi-totalité des agences est ouverte (97% du réseau) ce qui permet de traiter les opérations courantes. Bien évidemment, le mode de fonctionnement a été revu puisqu’il n’y a plus de rdv physiques, les échanges se faisant par téléphone, mail ou skype.

Les équipes ont été réduites en agence (2 à 5 personnes sur place selon la taille des agences), un roulement a été établi avec les équipes en télétravail afin de minimiser les risques de contagion.

Acter les mesures d’accompagnement pour nos clients :

Ces mesures visent les clientèles de particuliers, de professionnels et d’entreprises. Ainsi, plus spécifiquement pour les professionnels et les entreprises, dès le 20 mars, les échéances de prêts ont été automatiquement reportées à septembre-octobre 2020.

3- Comment accompagnez-vous les entreprises dans ce contexte ?

La prorogation des échéances a constitué un premier élément de réponse. Mais les besoins générés par cette crise vont bien au-delà. Bon nombre d’entreprises sont à l’arrêt ou en net retrait d’activité. Il faut les aider à traverser cette crise. Les mesures gouvernementales militent en ce sens (recours massif au chômage partiel, nombreux reports ou délais de paiement … et bien sûr le prêt garanti par l’Etat.).

Nous sommes complétement mobilisés pour instruire les demandes de prêts dites « PGE ». C’est désormais la priorité absolue. En 3 semaines nous avons traités près de 4 500 dossiers pour un montant de 880 millions d’euros !

C’est vital pour notre économie de tout mettre en œuvre pour traverser cette crise et en limiter les dégâts. Avec la prorogation du confinement, puis ensuite un déconfinement qui sera vraisemblablement progressif, les besoins de trésorerie seront énormes.

Les lignes « commerciales » et « engagements » sont focalisées pour accompagner au mieux un maximum de clients en un temps record !